Promouvoir la participation, entre citoyennisme et émancipation

Il existe dans la nébuleuse participationniste, c’est à dire dans l’ensemble des mouvements, collectifs et personnalités qui font la promotion d’une participation des citoyens qui soient à la fois plus large et plus décisive, une diversité de présupposés et d’attendus sur les vertus de la participation. Pour résumer les divergences issues de ces multiples rapports à la participation et à la délibération, l’on pourrait résumer l’ambiguité participative en distinguant deux approches contradictoires. Lire la suite

Démocratie locale, un vieux débat

IMG_20191028_0003Les élections municipales 2020 sont l’occasion de voir fleurir les programmes « participatifs » portés tant par des listes dites « citoyennes » que par des listes partisanes. L’actualité des mouvements sociaux renforce le désir d’une gestion municipale partagée avec les habitants. Le délitement des partis politiques et l’extrême défiance à l’égard des élus obligent les candidats à faire preuve d’imagination pour convaincre qu’une nouvelle gouvernance est possible. Ni le thème, ni les modalités proposées pour associer les habitants ne sont pourtant nouveaux. L’ambition d’une démocratie locale associant le plus largement possible les habitants est une vieille antienne réactualisée régulièrement au cours de l’histoire, notamment à gauche. Lire la suite

L’entreprise Macron

J’ai eu le plaisir de contribuer à cet ouvrage avec un chapitre consacré à l’émergence d’En Marche! dans le Rhône. »Le système Collomb au service de LREM »

https://www.pug.fr/produit/1662/9782706142635/l-entreprise-macron

L’entreprise Macron, de Bernard Dolez (directeur de publication), Julien Fretel (directeur de publication), Rémi Lefebvre (directeur de publication),  PUG,Collection : Libres cours Politique,avril 2019

 

Logiques biographiques de l’aventurier et décentrement éthique

Nous proposons de traiter les jeux de rôle comme autant d’univers fictifs au travers desquels les joueurs sont amenés à un examen bienveillant et empathique de la pluralité des raisons d’agir. De quoi procèdent les décisions des personnages dans l’aventure ?

Nous verrons en quoi l’expérience rolistique est une expérimentation de l’empathie, essence de la sociologie politique en ce qu’elle consiste en « une expérience de pensée où l’on se demande comment telle pratique ou telle procédure apparaîtrait à une personne désintéressée, lointaine ou proche.» [1] Il procède ainsi d’un décentrement éthique. On peut ainsi affirmer que les jeux de rôle sont l’occasion pédagogique de mettre en scène la relativité des valeurs et des morales.

[1] Voir Amartya Sen, RFSP, 2011

Ci-joint le lien vers le fichier audio de ma communication :

http://www.cendrones.fr/colloque2017/jonathanbocquet.mp3 – Communication réalisée lors du colloque Jeu de rôle, engagements et résistances, qui s’est tenu du 16 au 18 juin à  l’Université Paris 13.

Ci-joint le lien vers l’ensemble des communications du colloque :

www.cendrones.fr/colloques-jdr/jeu-de-role-engagements-resistances/

 

Café-histoire : Les électeurs se cachent pour voter – autopsie du citoyen

citoyens oiseaux 003Le vote, comme principe de délégation, consiste en l’abdication du pouvoir par le peuple, au profit d’une élite. En cela, on pourrait dire qu’à l’instar d’un tour de magie, le citoyen disparait quand se referme le rideau de l’isoloir. Quel est le secret du magicien, qui procède en la transmutation de millions de bulletins, et autant d’expressions d’opinions individuelles, en une masse dont le sens, à la fois plus simpliste et plus sophistiqué, surpasse la simple agrégation de toutes ces voix singulières.

Dans une réflexion globale sur la démocratie représentative, nous aborderons la sociologie du comportement électoral, les notions de compétence politique et du principe d’égalité à la base du contrat démocratique, les différentes alternatives (démocratie liquide, méthode de Condorcet, tirage au sort,).

9 mars – 18h Bibilothèque Municipale Lyon Part-Dieu – sur inscription

Habemus Forum

Une épaisse fumée blanche s’échappe place Guichard. Elle ne sort pas d’une cheminée… Qu’annonce-t-elle ? La naissance d’un forum.

J’ai testé, les marches, le kebab, l’atelier film, l’atelier presse, les toilettes seches, quelques commissions et surtout l’amphithéâtre. Je n’ai pas testé la prise de micro, le coca à 2€ d’un vendeur ambulant et l’atelier féministe non mixte. Cela fait 5 fois que je me rends place Guichard. J’ai démarré une observation plus méthodique lors de ma troisième venue. J’ai dû y passé une vingtaine d’heures. Trop peu pour définir le mouvement et tirer de mes observations autre chose que des hypothèses et des questionnements. J’envie d’ailleurs les analystes qui déjà parviennent à dire ce que c’est que NuitDebout. J’y suis par sympathie et par curiosité ; parce que je vois des gens parler politique, débattre et s’agiter ; parce que je devine des échanges passionnés et des discussions musclées ; pour y voir la chose publique et y trouver une part du peuple souverain.

J’en ai trouvé effectivement une partie. Débattante, militante, conviviale. Lire la suite