Kaamelott, élitisme, populisme et propagande

Sans doute faut-il prendre avant tout la série Kaamelott comme une fiction ludique. Souvent burlesque, la série  que certains diraient « culte » joue des anachronismes et du décalage entre le caractère noble et sacré de la quête des chevaliers d’une part, et l’ordinaire (voire le vulgaire) de leur quotidien et de leur langage d’autre part. Mais les personnages développent au fil du temps des personnalités de plus en plus complexes, en premier desquels Arthur, roi dont la lucidité bride parfois son idéalisme. Si l’on devait faire l’analyse de la pensée politique du roi de Bretagne dans la série Kaamelott, que pourrait on retenir de cet humaniste misanthrope ?

Lire la suite