Snowden, Manning, Assange – Hacktivisme

En 2006,  Julian Assange (et quelques autres) lancent Wikileaks, une liste de diffusion privée visant à dévoiler des documents top secrets, qui devient par la suite un site Internet. En 2010.  le site diffuse la vidéo d’une bavure : un hélicoptère américain tire sur des civils en Irak. Cette vidéo intitulée « Collateral murder » a été envoyée par Bradley Manning. Dans la foulée, Wikileaks diffuse publiquement des milliers de documents confidentiels sur la guerre en Afghanistan et en Irak ainsi que des télégrammes diplomatiques ce que les médias ont appelé “Cablegate”(1). Plus récemment Snowden a révélé comment les Etats Unis espionnaient le monde entier, du simple citoyen aux institutions financières et politiques internationales.

Évidemment, derrière cela se pose la question de l’équilibre entre liberté et sécurité qui intéressera la philosophie politique. Mais ces trois hommes incarnent aussi un nouveau type de militantisme sur lequel la sociologie politique doit se pencher Lire la suite

#correctiondecopie Militer ou réflechir il faut choisir

#correctiondecopie « L’intellectualisation de la politique mène à la fin du militantisme » Militer ou réfléchir il faut donc choisir

Dans la série « correction de copie », je reviens aujourd’hui sur une observation tragique de l’un de mes étudiants dans une copie de science politique : « L’intellectualisation de la politique mène à la fin du militantisme ». La formule n’est pas heureuse, mais tentons de comprendre ce que son auteur voulait (peut-être) exprimer. Lire la suite

UMP « la famille rassemblée » ?

primairelyon Dans le cadre de ma thèse, je suis amené à vivre au plus près des partis politiques. L’observation participante est de mise lorsqu’on veut comprendre les mécanismes internes d’un parti, les cultures militantes et mieux appréhender l’ensemble des logiques qui sous-tendent l’organisation d’un mouvement politique. Et le hasard du calendrier propose parfois des semaines agitées. Ainsi, j’étais hier à l’assemblée régionale d’EELV et je serai demain au scrutin départemental de l’UDI qui élit ses dirigeants.  Tous ces événements relèvent d’un même principe : la démocratie interne, objet central de mon étude de doctorat. C’est pourquoi ce soir j’étais à la fédération départementale de l’UMP pour assister à la soirée de résultat de la primaire lyonnaise. Une soirée de clôture où « il n’y aurait pas de vaincu mais seulement un vainqueur »… Et pourtant.. Lire la suite

Retour sur l’AG 2012 du Parti Pirate

La tentation est grande pour le sociologue de considérer l’évènement qu’il observe comme plus important qu’il ne l’est. A y repérer des discours fondateurs, des débats ou des éléments déclencheurs d’un nouvel élan . Comment éviter ce piège tout en recherchant l’ensemble des indices révélateurs de dynamiques ou des points d’achoppements cristallisant les enjeux internes d’une organisation.
Evidemment pour une formation aussi jeune que le parti pirate, dont les membres ont pour la plupart un profil assez profane dans leur rapport au politique et au militantisme, et qui accorde une telle importance aux questions de démocratie interne, une assemblée générale revêt un caractère vital, pendant lesquels l’ensemble des débats ont l’occasion de rejaillir hors des espaces traditionnels de dialogues, et notamment du forum, pour être tout à fait saillant.

J’ai choisi de revenir sur cet événement car il met en exergue les limites de la mise en pratique de principes et de règles conçus dans la sphère virtuelle. La faible mobilisation des adhérents « hors ligne », la complexité des procédures, l’accumulation de contradictions ont mené à ce qui semble sonner comme un échec pour l’idéal de transparence et de participation du parti pirate. Lire la suite